Menu

Pacte PME

Nous réunissons petites et grandes entreprises
pour favoriser l’émergence de nouveaux leaders

Voir notre offre de services

Conseiller

Nous conseillons et formons Startups/PME/ETI grace à des programmes de haut niveau

Accélérer

Nous facilitons les mises en relation entre clients et fournisseurs

Renforcer

Nous accompagnons les entreprises dans leur croissance

Mesurer

Nous évaluons l'action des groupes pour identifier de nouvelles bonnes pratiques

Qui sommes-nous ?

Pacte PME est une association paritaire réunissant des grandes entreprises et des collectivités autour d’une conviction partagée : pour faire grandir les PME françaises et favoriser l’émergence de nouveaux leaders au sein de l’économie française, les sociétés de toutes tailles doivent mieux coopérer ensemble. Nous stimulons les projets collaboratifs entre les entreprises.

En savoir plus sur Pacte PME

Entreprises référencées

10 450

Organisations adhérentes

86

Plateformes dédiées

3

PME et grands groupes s'apprivoisent pour mieux « chasser ensemble » 09/02/18

Les grandes entreprises prennent de plus en plus conscience de l'intérêt d'élever leurs fournisseurs au rang de partenaires. Avec « Le Top », un speed dating entre patrons, l'Afep espère faire évoluer les mentalités.

 

Quand on parle de relations interentreprises, le secteur aéronautique est l'exemple vertueux le plus cité. Les grands maîtres d'oeuvre raisonnent depuis longtemps en termes de filière et le Gifas, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, s'applique à la structurer, en multipliant les démarches en faveur des PME. Entre 2014 et 2016, 401 TPE, PME et ETI ont profité du programme « Performances industrielles », doté de 23 millions d'euros, tandis que 69 grands donneurs d'ordre les ont accompagnés pour monter en compétences.

Résultat : l'activité de la supply chain aéronautique a progressé plus vite que celle de l'ensemble de la profession au niveau international. Et, par ricochet, c'est toute la filière qui en profite : l'an dernier,  le Gifas a réalisé 86 % de son chiffre d'affaires de 60,4 milliards à l'export. Fort de ce succès, une  deuxième phase de ce programme a été lancée et 300 sous-traitants, dont la moitié issue de la première phase, seront accompagnés jusqu'en 2019.

Autre fleuron français, l'industrie du luxe et de la mode représentait, en 2016, 150 milliards d'euros de chiffre d'affaires direct, dont 33 milliards à l'export, selon l'Institut français de la mode. Un dynamisme soutenu par les poids lourds du secteur, qui destinent 80 % de leur production à l'international.

 

Difficultés à exporter

 

Mais, derrière ces deux filières, les autres secteurs sont à la traîne. Tandis que les entreprises allemandes de taille intermédiaire  (le Mittelstand) sont admirées pour leurs résultats à l'international, les PME tricolores peinent à grandir et à s'imposer à l'étranger. Le constat est pourtant unanime : pour structurer les filières et gagner des parts de marché, il faut sortir d'une logique de contrats ponctuels et favoriser l'émergence de partenariats durables, fondés sur des intérêts économiques partagés.

« L'objectif est d'aider les grands comptes à compléter leur offre à l'export en y associant des PME. »

Là, les grandes entreprises, riches en ressources techniques et juridiques, ont un rôle à jouer. C'est la conviction de l'Afep, l'Association française des entreprises privées, qui organise le 10 février un speed dating entre grands patrons et dirigeants de PME et ETI. Cette initiative s'inscrit dans une tendance d'amélioration des relations. Chartes de bonnes pratiques, labels et normes ISO s'imposent de plus en plus et les agendas se remplissent d'offres de rencontres interentreprises (associations, syndicats, clubs...). « Il y a dix ans, il y avait très peu de propositions de ce type. Aujourd'hui, les initiatives foisonnent et il est même parfois difficile pour les PME de repérer celles qui leur seront le plus utiles », constate un acteur du secteur. L'attente est réelle. D'après une étude de Pacte-PME, 51 % des dirigeants aimeraient recevoir ponctuellement l'expertise d'un grand groupe pour se renforcer.

 

« Une réelle opportunité de business »

 

Cette association leur propose toute une palette d'outils pour accélérer leur développement, faciliter les mises en relation et, bientôt, favoriser la coexportation. « L'objectif est d'aider les grands comptes à compléter leur offre à l'export en y associant des PME », explique François Perret, directeur général de Pacte PME. « Les grandes entreprises jouent le jeu dès qu'elles ont un intérêt à le faire. Ce n'est pas du mécénat, mais une réelle opportunité de business qui leur permet d'être plus fortes sur les marchés étrangers. »

Mais, pour que cela fonctionne, « il faut aussi que les PME fassent des efforts et acceptent parfois d'ouvrir leur capital ou de créer des groupements d'entreprises », estime-t-il. Au début des années 2000, 125.000 entreprises françaises étaient présentes à l'export, « un nombre qui n'a pas progressé depuis ».

 

Le recours à la médiation

 

Entraide, dialogue, mais aussi médiation pour résoudre les litiges commerciaux. « Le principe même de la médiation est de plus en plus connu », se réjouit Pierre Pelouzet, le médiateur des entreprises. En témoigne le  nombre de saisines : 1.200 en 2017, contre 1.000 en 2016. « C'est un outil efficace, qui aboutit à un accord amiable dans trois dossiers sur quatre. Une véritable culture est en train de s'implanter dans notre pays », constate-t-il.

A Bercy, on mise aussi sur le développement des PME pour augmenter les exportations. En octobre, le ministre de l'Economie lançait le label « French Fab » pour promouvoir à l'international l'industrie française de pointe. Dans le cadre de  la future loi PACTE, une nouvelle devise s'est imposée pour aider les entreprises à se développer : « grandir, innover, partager ». « On ne s'interdit rien », promet Bruno Le Maire.


En savoir plus sur Les Echos

Philippe Luscan (Sanofi), nouveau président de Pacte PME 24/01/18

Communiqué de presse.  Paris, le 24 Janvier 2018

 

 

Mardi 23 janvier 2018, Philippe Luscan est devenu le quatrième président de Pacte PME après son élection par le conseil d’administration de l’association chez Schneider Electric (adhérent).

Pacte PME, spécialisée depuis sa création en 2010 dans la stimulation des coopérations entre grands comptes et PME françaises, a élu ce jour Philippe Luscan président de Pacte PME pour trois ans.

Le vice-président exécutif des affaires industrielles globales de Sanofi succède ainsi à Christophe de Maistre (Schneider Electric), qui avait pris les rennes de Pacte PME en juillet 2014.

Sous le mandat de Christophe de Maistre, l’association a poursuivi son développement, accueillant au total 56 grands comptes privés et publics et plus de 35 organisations professionnelles réunies autour de la conviction que le développement des PME françaises doit pouvoir mieux s’appuyer sur une collaboration toujours plus étroite et approfondie avec les grands groupes.

En trois ans à la tête de l’association, l’ancien président de Siemens France aura mené plusieurs grands chantiers de modernisation pour mieux faire travailler ensemble les entreprises de toutes tailles de l’hexagone.

Sous son mandat, Pacte PME a rejoint le Conseil Stratégique de l’Export présidé par le ministre en charge du Commerce Extérieur, afin de faire émerger de nouvelles solutions de « co-exportation » entre les entreprises de moins de 250 salariés et les sociétés du CAC 40.

Depuis 2015, l’association a aussi créé une nouvelle plateforme digitale dédiée au partage des compétences entre grands groupes et PME (« Pacte compétences ») et un nouveau dispositif de renforcement et d’accélération des petites et moyennes entreprises (« Destination ETI ») dont la seconde édition a démarré en octobre dernier chez Alstom (adhérent) pour soutenir 35 dirigeants issus principalement des filières ferroviaire et aéronautique.

Philippe Luscan a rendu hommage au travail de son prédécesseur, indiquant que l’une de ses priorités serait de faire mieux connaître les travaux de Pacte PME, et tout spécialement les résultats de son Observatoire, qui mesure tous les dix-huit mois les progrès accomplis par 39 grands comptes dans leurs relations avec les PME, grâce notamment à un « baromètre » interrogeant plus de 35 000 entreprises (TPE-PME).

Le nouveau président de Pacte PME a également souligné l’importance du déploiement de « Pacte international », la nouvelle plateforme digitale de l’association, qui devrait à terme contribuer à augmenter le nombre d’entreprises françaises exportatrices (125 000 seulement aujourd’hui), et dont les fonctionnalités seront dévoilées avant la fin du premier semestre de cette année.

Philippe Luscan , qui s’est engagé dans la collaboration de Sanofi avec Pacte PME ces dernières années, s’appuiera sur les instances de l’association ainsi que sur son équipe permanente, dirigée par François Perret depuis février 2015, pour conduire les nouveaux travaux de Pacte PME.

 

A propos de l’association Pacte PME :

L’association Pacte PME a été créée en 2010 à l’initiative d’Henri Lachmann (Schneider Electric), son premier président. Elle a été ensuite successivement présidée par Fabrice Brégier (Airbus) puis Christophe de Maistre (Schneider Electric), qui vient de céder le relais à Philippe Luscan (Sanofi).

Dirigée par François Perret (ENA, ancien conseiller ministériel et auteur de « Pour en finir avec la stagnation économique française », L’Harmattan, février 2017), elle a pour objet d’accélérer le développement des PME françaises avec l’appui des grands groupes privés et publics.

Pacte PME, composée d’une équipe de huit salariés, a construit une offre de services très large pour aider aux coopérations inter-entreprises : un Observatoire annuel de la relation clients/fournisseurs ; trois plateformes de mise en relation entre PME et grands groupes (sur l’innovation ouverte depuis 2013, sur le partage de compétences depuis 2016, dans le domaine de la co-exportation à compter de cette année) ; une offre de Conseil et de formation en direction des PME pour les aider à mieux travailler avec les grands comptes ; un dispositif de renforcement et d’accélération des PME avec l’appui des grands groupes (« Destination ETI »).

Au 1er janvier 2018, Pacte PME compte 56 grands groupes et collectivités publiques adhérents et 34 organisations professionnelles.

 

Contacts presse :
François Perret
Directeur général
32 rue des jeûneurs – 75 002 Paris
Téléphone: 06 67 33 82 61
Francois.Perret@pactepme.org

Pacte Compétences fête ses 1 an : "La solidarité entre les entreprises ouvre la voie vers le succès". 21/11/17

Matieu Pons (Solution BI) - Ludovic Camart (Quad Lab) - Martine Bridenne (Air Liquide) - Gilles Desmouliers (GCA Partners) - Elisabeth Baccard (Pacte PME) - Dominique Scalia (L'Observatoire Com'Media)

Ce matin s’est tenue la conférence organisée par Pacte PME/Page Executive sur le renforcement des compétences des PME françaises. Les utilisateurs de Pacte Compétences ont pu témoigner de l’agilité de cette solution et de sa pertinence pour accompagner le développement des PME.

Cette matinée s’est cloturée par l’intervention de Monsieur René Ricol, associé et fondateur de Ricol&Lasteyrie.

François Perret (Pacte PME) - René Ricol (Ricol Lasteyrie Corporate Finance) - Frédéric Benay (Page Executive France)

Crédits photos : Henri Rimbaud

Coup d’envoi de « Destination ETI », le nouveau programme d’accélération de 34 PME françaises 27/10/17

Image

Ce jeudi 26 octobre 2017, Alstom a accueilli dans son siège mondial de Saint-Ouen la première session du nouveau programme de renforcement et d'accélération « Destination ETI ».

Pacte PME, spécialisée depuis sa création en 2010 dans la stimulation des coopérations entre grands comptes et PME françaises lance la seconde édition de son programme de renforcement stratégique et d'accélération des PME françaises.

Après le succès de sa première édition dans la filière aéronautique (30 dirigeants de PME accompagnés pendant treize mois avec le soutien de trois grands donneurs d'ordres de la filière : Airbus, Safran et Thales) l'an dernier, Pacte PME va désormais accompagner 34 chefs d'entreprises appartenant à plusieurs filières : un tiers d'entreprises issues de l'industrie ferroviaire, un tiers de sociétés issues de l'aéronautique, un tiers d'entreprises provenant d'autres filières industrielles et de services.

Plus d'actualités