Menu

Quelles que soient leur taille, les entreprises françaises subissent de plein fouet les conséquences économiques et financières de la pandémie de coronavirus.

Arrêt d’activité, risque de rupture de la chaîne de production, tensions extrêmes de trésorerie, c’est un recul de 7 points (selon le F.M.I) et peut-être même de 8 points du PIB (selon le gouvernement) que notre pays pourrait subir cette année. La plus grave récession à l’échelle mondiale depuis la crise de 1929.

Dans cet environnement très perturbé, le combat mené par Pacte PME depuis sa création en 2010 pour favoriser un dialogue équilibré et vertueux entre grands comptes et PME, trouve tout son sens.

Sans solidarité inter-entreprises, toute perspective de rebond serait condamnée à l’échec.

Pacte PME s’est assuré à travers une enquête menée entre les 27 et 31 mars derniers que ses adhérents avaient commencé à prendre les premières dispositions nécessaires pour voler au secours de leurs PME et ETI fournisseurs (délais de paiement inter-entreprises ; poursuite de la relation contractuelle ; plan de continuation d’activité, etc.).

Le 16 avril dernier, avec le concours de ses 40 adhérents grands comptes, l’association a rendu publique une série de 9 recommandations visant à orienter les pratiques collaboratives des entreprises de toutes tailles dans notre pays.

L’association se mobilise pour créer les passerelles nécessaires entre grands groupes, ETI et PME. Dans des circonstances exceptionnelles, elle a ainsi rejoint la « coalition innovation santé » (avec France BioTech, l’AP-HP, Sanofi, etc.) pour aider à l’identification de solutions innovantes destinées à garantir l’absence de rupture de prise en charge des maladies chroniques alors que les capacités d’hospitalisation étaient saturées avec le flux des patients atteints de covid-19 depuis mars dernier.

Pacte PME est également partenaire de l’initiative portée par son adhérent, KPMG, et qui vise à proposer aux dirigeants de PME qui en auraient besoin, un soutien opérationnel pour bien se repérer dans la crise, recourir avec discernement aux différents dispositifs publics de soutien (prêts garantis par l’Etat, chômage partiel, fonds de solidarité, etc.) et savoir rebondir une fois la crise sanitaire terminée.

L’association, à travers ces initiatives et d’autres qui verront bientôt le jour, met tout en œuvre pour se montrer utile et solidaire dans un contexte très incertain qui renforce encore la nécessité des réflexes coopératifs au sein de notre écosystème productif.

 

Retour aux actualités